publié le Culture, Histoire, Sedan, Sortir

Les circuits de mémoire, 5 itinéraires pour découvrir le champ de bataille de Sedan

Sébastien ORTEGA-DUBOIS Webmaster

Lorsque je parle de Sedan, souvent les gens connaissent la ville pour son château fort, son équipe de football (le Club Sportif Sedan Ardennes / CSSA) ou pour son histoire intimement liée aux guerres. En effet, Sedan a été le théâtre de vagues d’invasions et de combats à de nombreuses reprises, encore dans l’Histoire récente : en 1870, lors de la Première Guerre mondiale et pendant la Deuxième Guerre mondiale. Ces trois grands conflits mondiaux ont laissé de nombreuses traces dans le sedanais que des « Circuits de mémoire » – cinq itinéraires – permettent de découvrir.

 

Panorama Sedan 1870
Détail du panorama exposé au château fort consacré à la guerre de 1870.

Sedan, un immense champ de bataille

J’ai évoqué Sedan, mais le champ de bataille englobe de nombreux villages autour de Sedan comme Bazeilles, Floing, Noyers-Pont-Maugis ou encore Donchery. En fait, dans un rayon de quinze kilomètres autour de Sedan, on rencontre des lieux stratégiques et des sites où se sont produits des faits historiques marquants. Je peux par exemple citer la capitulation de Napoléon III en 1870 ou la transformation du château fort de Sedan en bagne lors de la Première Guerre mondiale.

La volonté de se souvenir de ces batailles et de mettre en tourisme ces sites historiques remonte à un peu plus de dix ans. C’est ce qu’on appelle le tourisme de mémoire, un sujet particulièrement développé du côté de Verdun ou en Normandie. Dans le secteur de Sedan, nous avons installés des panneaux explicatifs dès 2008 sur les principaux sites de mémoire. Nous avons ensuite proposé des « Circuits de mémoire » : cinq itinéraires à parcourir autour de Sedan.

Topoguide Circuit de mémoire en pays sedanais

Le guide « Circuits de mémoire », cinq itinéraires à parcourir autour de Sedan

Plusieurs ont été créés, un à l’intérieur de la ville de Sedan et quatre en territoire rural, autour des villages dont je vous ai parlé tout à l’heure : Bazeilles, Floing, Noyers-Pont-Maugis et Donchery. Ces itinéraires sont disponibles à l’office de tourisme à Sedan sous forme d’un petit livre intitulé « Circuits de mémoire ».

Il se divise en deux parties :

 

  • la première reprend les principaux faits internationaux liés aux guerres de 1870, 1914 et 1940 accompagnés d’un zoom sur l’histoire locale ;
  • la deuxième partie guide le visiteur sur le terrain à travers une sélection de sites de mémoire.

 

Principaux sites de mémoire du tourisme de guerre à Sedan

Les itinéraires abordent plusieurs conflits et ne se bornent pas uniquement à 1870, 1914-1918 ou 1939-1945. En fait, on voyage d’une époque à une autre au fil de l’itinéraire et ce qui évite de s’enfermer dans un conflit ou une chronologie qui pourrait être un peu lassante.

 

Itinéraire DONCHERY

Le chateau de Bellevue à Glaire
Le château de Bellevue (vue acteulle), édifice dans lequel Napoléon III a capitulé en 1870.

Si je prends par exemple l’itinéraire au départ de Donchery, vous allez découvrir, entre autres, le château de Bellevue, où Napoléon III a signé sa reddition et donc la capitulation de l’armée française en 1870 face aux prussiens.

Cet itinéraire vous emmène également à Vrigne-Meuse, là où le dernier Poilu, Augustin Trébuchon, est mort au combat juste avant le Cessez-le-feu en 1918 (et dont on a fêté le centenaire en novembre dernier).

 

Itinéraire FLOING

Du côté de Floing, la sélection est plus dense : vous passez évidemment devant la statue du Général Margueritte qui a lancé la dernière charge héroïque face aux prussiens en 1870. Cette charge est entrée dans la légende grâce au cri d’admiration de l’ennemi, Guillaume Premier, qui, en voyant les 4000 cavaliers foncer sur ses propres troupes, s’est exclamé « Ah, les Braves Gens !« . Petit épisode qui a d’ailleurs donné son nom à une rue de la commune.

La Maison Forte de Saint-Menges
La Maison Forte de Saint-Menges, traversée par un obus.

Floing, c’est également de nombreux épisodes de la Seconde Guerre mondiale comme le franchissement de la Meuse par les Panzers du général Guderian en mai 1940 à Gaulier ou la Maison Forte près de Saint-Menges dont les murs ont été traversés de part en part par un obus. Et c’est plutôt impressionnant à voir : la première fois que je me suis retrouvé face à ce trou béant, j’ai vraiment pris conscience de ce qui s’était joué en ce lieu.

 

Itinéraire BAZEILLES

La Maison de la Dernière Cartouche à Bazeilles
Certaines pièces de la Maison de la Dernière Cartouche conservent la trace des derniers combats de 1870.

C’est aussi vrai à Bazeilles dans la Maison de la Dernière Cartouche, un musée qui porte bien son nom : c’est en effet dans cette bâtisse que les dernières munitions ont été tirées en 1870 entre français et prussiens. Quand on visite ce musée, on peut encore voir les traces de balles dans les murs et les encadrement des fenêtres ! Croyez-moi, c’est plutôt saisissant !

 

Itinéraire NOYERS-PONT-MAUGIS

En allant à Noyers-Pont-Maugis, vous passez devant le monument américain, baptisé « This point ». Vous ne pouvez pas le manquer : il se dresse juste après le village de Wadelincourt et marque l’ultime progression de l’armée américaine au cours de la Grande Guerre.

This Point : le monument américain de Wadelincourt qui marque l’ultime progression de l’armée américaine.

En continuant vers les hauteurs de Noyers-Pont-Maugis, vous parvenez à un superbe point de vue sur Sedan, fort apprécié des stratèges. J’aime beaucoup cet endroit qui permet, au-delà du devoir de mémoire et de la visite du champ de bataille, de découvrir des paysages et des villages authentiques. Des petits coins de campagne plein de charme comme le hameau de Chaumont, juste après Noyers-Pont-Maugis. Ce hameau calme et fleuri offre aux visiteurs de vrais trésors insolites : des inscriptions originales gravées dans les vieux linteaux par des Poilus.

Hameau de Chaumont, inscription Aux Gueules Cassées
Dans le hameau de Chaumont, les Poilus ont gravé plusieurs inscriptions dans les linteaux des maisons.

 

Itinéraire SEDAN

Enfin je dois évidemment parler de Sedan, où deux sites de mémoire me viennent à l’esprit.

Le premier > le château fort, qui s’est retrouvé malgré lui converti en « Bagne » pour – citer les survivants – au cours de la Première Guerre mondiale. Plus de 5000 civils y ont été concentrés pour travailler jusqu’à l’épuisement. Près de 80% sont morts (sous-nutrition, efforts).

Le second > le monument allemand du cimetière Saint-Charles autour duquel le service du patrimoine et la mairie de Sedan ont fait un travail remarquable de mise en valeur.

Durant la Grande Guerre, Sedan a été transformée en véritable ville-hôpital par l’occupant allemand.

Le monument tel que nous le connaissons est achevé en 1915 à proximité d’une fosse commune où les allemands ont enterrés des soldats des deux camps. La Kommandantur qui était installée place Turenne à l’époque, souhaitait sacraliser le lieu. D’où la construction de ce monument. Il rend hommage aux soldats allemands tombés pour leur patrie. D’ailleurs, ce sont des soldats en convalescence à Sedan qui ont participé à sa construction.

Monument allemand de Sedan
Le monument allemand impressionne par ses dimensions : 10 mètres de long sur 4 de large !

Il a été complètement rénové il y a un an environ, grâce au soutien de la ville de Sedan, de l’Etat français et de l’Etat allemand.

Pourquoi ce monument est-il exceptionnel ?

  1. D’abord, ses dimensions impressionnantes : le monument mesure plus de 10 mètres de long sur 4 mètres de large ;
  2. Ensuite, sa technique de construction : il s’agit de l’un des premiers monuments en béton armé ;
  3. Enfin, le monument rappelle dans son architecture, la porte de Brandebourg à Berlin. Pour comprendre le lien entre la porte de Brandebourg et le monument allemand de Sedan, il faut rappeler que c’est devant cette porte de Brandebourg que les allemands fête le Sedantag. Littéralement « le jour de Sedan« , le Sedantag est une fête patriotique allemande qui célèbre la victoire de 1870 à Sedan.

Et puis, au-delà de l’histoire et des singularités de ce monument, la volonté de sauvegarder ce patrimoine, la préservation de ce patrimoine est aussi un moyen d’évoquer la réconciliation, la construction de l’Europe et la paix.

Vos commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *