Marcher dans les pas du Poète :

Un parcours de visite permet de découvrir la ville de Charleville-Mézières en empruntant les pas de l’homme aux semelles de vent. Ce parcours est depuis quelques années ponctué d’œuvres d’art permettant de regarder différemment la ville qui a vu naître un des plus grands poètes français.

Le parcours historique permet de découvrir les lieux fréquentés par Arthur Rimbaud durant son enfance et son adolescence. Outre le musée Arthur Rimbaud et la maison des Ailleurs, maison d’adolescence du poète, on découvre avec cette balade pédestre sa maison natale, le collège qu’il a fréquenté, l’ancien institut Rossat, ou encore le square de la gare qui lui a inspiré le poème "A la musique". Ce parcours se termine par le cimetière de Charleville ou il a été inhumé en 1891.

Ce parcours est régulièrement enrichi par la mise en place ou la création d’art contemporain. En 2011, les chaises-poèmes de Michel Goulet sont venues habiller le quai Rimbaud, entre le musée et la maison des Ailleurs. En 2017, c’est la sculpture "Rimbaud" en forme de coeur de Michel Gillet, qui s’est installée dans le square de la gare aux côtés du buste présent lui depuis 1901.

 

Ophélie par Mehdi Amghar, Alias Dizat - ©French_voyager
Ophélie par Mehdi Amghar, Alias Dizat - ©French_voyager

Ophélie par Mehdi Amghar, Alias Dizat - ©French_voyager

Ophélie par Mehdi Amghar, Alias Dizat - ©French_voyager

Les fresques 

Depuis 2015 ce parcours s’enrichit progressivement d’œuvres de grande ampleur, des fresques mettant en valeur les textes du poète sur différents murs de la ville.

"Voyelles", "Ophélie", "Le Dormeur du val", ces trois poèmes de Rimbaud sont désormais lisibles par tous en se baladant dans les rues de Charleville-Mézières. Les œuvres du collectif carolomacérien Creative Color ou de l’artiste lorrain Rodes qui les accompagnent permettent un autre regard sur ces textes et une redécouverte par le plus grand nombre. D’autres fresques viendront prochainement compléter ce parcours Rimbaud contribuant à la découverte conjointe de la ville et du poète local. 

Le Dormeur du Val d'Arthur Rimbaud par Dorian Jaillon, alias Rodes - ©French_voyager
Le Dormeur du Val d'Arthur Rimbaud par Dorian Jaillon, alias Rodes - ©French_voyager

Le Dormeur du Val d'Arthur Rimbaud par Dorian Jaillon, alias Rodes - ©French_voyager

Le Dormeur du Val d'Arthur Rimbaud par Dorian Jaillon, alias Rodes - ©French_voyager

Suite à l'appel à projets 2019, cinq nouvelles fresques ont vu le jour en juillet-août l Vous découvrirez une série de quatre œuvres inédites en bord de Meuse, rue Louis Fraison (derrière le lycée Chanzy), et la dernière sur le cours Briand, épine dorsale reliant Charleville à Mézières.

Le coeur supplicié

Fort d'une formation initiale d'architecte, le street-artist parisien Ardif explore les hybridations entre nature et machine. Il s'approprie le poème« Le Cœur supplicié » pour dévoiler la mécanique du cœur, entendu à la fois comme organe physique et siège des émotions, écartelé ici entre planches anatomiques et rouages industriels. Les éléments d'architecture dialoguent avec le pont ferroviaire et l'usine Deville, tout proches. D'ailleurs, saurez-vous retrouver les quatre monuments carolomacériens cachés dans l'illustration ?

Départ

Sur ce site particulier des berges de Meuse, qui laisse percevoir les bruits et les lumières de la ville, 2SHY (prononcer« too shy ») livre une interprétation du poème « Départ », issu des Illuminations, où Rimbaud lance un appel à la modernité. La construction géométrique, aux perspectives tronquées, évoque un voyage sans fin, une quête de liberté qui s'achève sur une porte ouvrant vers l'inconnu.

Ardif- 2019 - immeuble d'habitation -19 rue Louis Fraison
Mural'Art- 2019 -immeuble d'habitation -23 rue Louis Fraison

Ardif- 2019 - immeuble d'habitation -19 rue Louis Fraison

Mural'Art- 2019 -immeuble d'habitation -23 rue Louis Fraison

L'Eternité

Miguel do Amaral Coutinho, alias Mural'Art, s'est emparé du poème « L'Éternité », que Rimbaud a publié dans Une saison en enfer. Pour ce natif du Havre, « la mer allée avec le soleil » éveille des souvenirs de couchers de soleil normands. Il reprend la première strophe du poème, qui se répète telle une ritournelle, la transformant en cycle perpétuel. La phrase entoure quatre sphères qui appellent les métaphores possibles : mandala, rosace, fleur, carte céleste, cycle des quatre saisons ...

Sensation 

Sur le mur qui fait face à la Meuse, Damien Auriault a inscrit 8 mouvements, pour les 8 vers du poème « Sensation », que Rimbaud a écrit à l'âge de 16 ans. Ces mouvements soutiennent des vagues azurées aux subtiles variations colorées, qui sont créées par le geste du peintre qui a appliqué sur le mur un large outil imprégné de peinture bleue. La densité du texte en blanc joue avec les dégradés aléatoires obtenus par cette technique à la spontanéité très calculée.

Enfance 

Pierre Mathieu,jeune artiste sorti de l'école Émile Cohl­CitéCréation, école supérieure lyonnaise spécialisée dans la formation de peintres muralistes, a fait le choix audacieux du poème « Enfance 1 », texte en prose issu des Illuminations. Une petite fille, plongée dans ses rêves, y joue avec l'imagination, incarnée dans des lianes arc-en-ciel qui surgissent du sol et du ciel, dans un paysage en nuances de gris.

Les Chaises-Poèmes

En octobre 2011, 18 chaises-poèmes de l’artiste québécois Michel Goulet ont pris place sur le quai Arthur Rimbaud. Elles renvoient à des fragments de textes de Rimbaud et à des extraits proposés par des poètes venus en résidence à Charleville-Mézières. Ces chaises, œuvres d’art, sont aujourd’hui un moyen de liaison entre le musée et la maison des Ailleurs.

Les chaises-poèmes du quai Rimbaud à Charleville ©Laëtis

Les chaises-poèmes du quai Rimbaud à Charleville ©Laëtis